Comprendre Cuba :Investissement étranger et télécommunications

Investissement étranger à Cuba : les télécommunications

Dans le plus récent discours du Ministre de l’investissement étranger et du commerce extérieur de Cuba, Rodrigo Malmierca, les télécommunications ne sont pas mentionnées parmi les secteurs prioritaires. Pourtant il est évident que Cuba doit se munir de cet atout indispensable afin d’attirer plus aisément les investisseurs étrangers. Le moment est donc venu pour les investisseurs potentiels d’occuper une place dans le marché cubain et surtout de se positionner  en tant qu’accompagnateur lors du changement qui devrait se produire prochainement.

Jusqu’à fin 2013 le trafic Internet à Cuba était uniquement assuré à travers les liaisons par satellite. Cela provoquait un débit de connexion bas et des délais assez longs pour les utilisateurs. Depuis mi-janvier 2014 un câble sous-marin en fibre optique reliant Cuba et le Venezuela (ALBA-1) a été finalement mis en service.  C’est la société espagnole Telefónica qui a commencé en janvier dernier l’acheminement du trafic Internet pour le compte d’ETECSA (le seul opérateur d’Internet à Cuba, public).  Ce câble, sera également utilisé pour les connexions avec les États-Unis, comme l’indique l’accord entre Etecsa et l’américaine Sprint Communications signé fin septembre, selon un communiqué de l’agence Prensa Latina.

Un scénario favorable

Malgré les difficultés encore présentes pour l’investissement Cuba reste un marché intéressant. S’il est vrai que le pays est sous l’embargo des États-Unis, de nombreux indices pointent vers l’assouplissement voire la levée de cette mesure. Le pays travaille pour renforcer  les garanties juridiques données aux investisseurs. Il reste à maîtriser le coût des négociations, assez important en temps et en dépenses liées aux voyages puis l’existence d’une double monnaie et de double comptabilité qui rend difficile l’établissement d’une stratégie et une projection à long et à moyen terme.

L’atout de Cuba reste le niveau de formation et d’instruction très élevé de la population, même si du côté de l’attention au client il y a des notions de service à améliorer. De plus, il existe un véritable potentiel de croissance lié à la téléphonie mobile. Actuellement Cuba compte seulement 3 millions de téléphones portables, selon le site cubadebate.cu ce qui représente un taux de pénétration assez faible. En attendant la généralisation de services de téléphonie mobile, la clé de la croissance est liée au développement des industries telles que le tourisme et autres secteurs porteurs de l’économie qui auront besoin des services dont les télécommunications

D’une façon générale, investir aujourd’hui à Cuba reste risqué mais possible, si l’on prend les précautions et l’on choisit bien son accompagnateur. Pas de quoi rater les opportunités qu’offre ce marché aux nombreux besoins insatisfaits, dans un  pays demandeur de capitaux et de savoir faire, qui s’ouvre aux interlocuteurs européens.

Article complet sur demande.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s